La parole aux personnages

« Une femme de qualité a pour moi des charmes ravissants, et c’est un honneur que j’achèterais au prix de toute chose. »
Monsieur Jourdain
Quoi ? Quand je dis : « Nicole apportez-moi mes pantoufles et me donnez mon bonnet de nui », c’est de la prose ? »
Monsieur Jourdain
« Il n’y a que des sots, et des sottes, ma femme, qui se railleront de moi. »
Monsieur Jourdain
« Nous avons trouvé ici un homme comme il nous le faut à tous deux. Ce nous est une douce rente que ce Monsieur Jourdain, avec les visions de noblesse et de galanterie qu’il est allé se mettre en tête. »
Maître de musique
« Sans la musique, un État ne peut subsister. »
Maître de musique
 » Je crois qu’il y a quelque anguille sous roche. »
Nicole
« Vous êtes si plaisant que je ne saurais me tenir de rire. »
Nicole
« Ah, ah, mon Dieu. Hi, hi, hi, hi, hi. »
Nicole
« Ce sont mes droits que je défends, et j’aurai pour moi toutes les femmes. »
Madame Jourdain
« C’est vous qu’il n’y a pas moyen de rendre sage, et vous allez de folie en folie »
Madame Jourdain
« Tout cela sent un peu sa comédie, mais avec lui on peut hasarder toute chose. »
Covielle
« Ne voyez-vous pas qu’il est fou ? et vous coûtait-il quelque chose de vous accommoder à ses chimères ? »
Covielle
« Ah, Lucile, qu’avec un mot de votre bouche vous savez apaiser de choses dans mon cœur « 
Cléonte
« Tant d’ardeur que j’ai fait paraître à la chérir plus que moi-même ! »
Cléonte
« Vous avez tout à fait bon air avec cet habit, et nous n’avons point de jeunes gens à la cour qui soient mieux faits que vous. »
Dorante
« Vous êtes l’homme du monde que j’estime le plus, et je parlais de vous encore ce matin dans la chambre du Roi. »
Dorante
« Hu la ba ba la chou ba la ba ba la da. »
Le Mufti