Les Maîtres dans le Bourgeois Gentilhomme

« AH ! LA BELLE CHOSE QUE DE SAVOIR DES BELLES CHOSES“ 

 

Monsieur Jourdain n’a qu’une obsession, être une “ personne de qualité ”.  Pour atteindre ses rêves de cour, il veut tout savoir et il sait s’entourer…

 

   

Le maître de musique

  Oubliez l’art pour l’art, ce maitre le pratique seulement pour gagner de l’argent. Monsieur Jourdain,    c’est la mine d’or à portée de main. Pas très doué, très maniéré, ce maître chanteur ne rate jamais
    une occasion de flatter. Contre monnaies. Cela va de soi !

Nous avons trouvé ici un homme comme il nous le faut à tous deux : ce nous est une douce rente que ce Mr   Jourdain”.  S’adressant au maître à danser.

Celui-ci est un poil plus vertueux. Il voudrait que son élève soit capable d’apprécier la danse à sa juste valeur. Ses bonnes intentions ne l’empêchent pas de profiter des largesses du sieur Jourdain.

 

“Je voudrais qu’avec son bien il eût encore quelques bons goûts des choses”

 

 

 

 

 

 


Le maître d’armes

A sa façon de Rrrrrouler les Rrrrrrr, cette “fine” lame met le fleurRrrrrret au-dessus de tous les autres arts. Une sorte de Dali un peu rustique qui, emporté par son tempérament frondeur, provoque une dispute entre les maitres.

“La science des armes l’emporte hautement sur toutes les autres sciences inutiles comme la danse, la musique, la…”

Plus rhéteur que véritable philosophe, il décrète la suprématie de la philosophie. Quand on voit qu’il ne fait qu’apprendre à monsieur Jourdain les mouvements des lèvres intervenant dans la prononciation des voyelles et de quelques-unes des consonnes…

« Non, Monsieur : tout ce qui n’est point prose est vers ; et tout ce qui n’est pas vers est prose. »     

 

Le maître tailleur

Tailleur aux créations plus qu’incertaines, ce maître profite de la naïveté de Monsieur Jourdain en affirmant que ses vêtements sont portés par des gens “de qualité”. En matière de goûts et de couleurs, le maitre tailleur ne donne pas vraiment dans la sobriété. Plumes vertes, rouges, jaunes et pantalons à fleurs, Monsieur Jourdain est rhabillé pour l’hiver de la tête aux pieds !

Monsieur Jourdain : “La perruque et les plumes sont-elles comme il faut ?”

Maître tailleur : “Tout est bien”

 

 

 

 

 

 

 

Une personne de qualité, vraiment ?


Costume bariolé, aussi maladroit dans le fleuret que “gracieux” dans le pas de danse, chantant d’une voix haut perché, en prononçant les voyelles distinctement, évidemment,

Monsieur Jourdain est prêt à conquérir le Grand monde !


Grâce aux précieux conseils de ses maîtres…

Artistiquement,

J.P.

 

 

Le Bourgeois Gentilhomme Les maîtres Acte 2, scène 2 et 3

LES MAITRES SE CHAMAILLENT

Querelles corporatistes:

Quand il s’agit de défendre son art, les injures fleurissent avant que les coups pleuvent.

Le Maitre à danser et le Maitre de musique asticotent le Maitre d’armes qui s’emporte.
MAÎTRE DE MUSIQUE: « Allez! belître de pédant. »

MAÎTRE à DANSER: « Allez! cuistre fieffé. »

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE: « Comment? marauds que vous êtes.
Le philosophe se jette sur eux, et tous trois le chargent de coups, et sortent en se battant. »

Le Maitre de philosophe ramène sa science et se retrouve au beau milieu d’une bagarre générale.

Vous voilà dans un magnifique capharnaüm !

Grâce aux Maîtres, vous pourrez également vous remettre à la page dans vos « dictionnaires des noms d’oiseaux » au cas où un malotru viendrait vous chercher des poux.

Ane bâté, scélérat, fripon, gueux etc… Vous n’aurez que l’embarras du choix.

Artistiquement.

JP

Les Maîtres dans « le Bourgeois Gentilhomme » : des vautours face à « une grenouille qui se veut faire aussi grosse que le boeuf »!

« Le Bourgeois Gentilhomme » au Théâtre Espace Marais
par la Cie Michel B
On se demande bien comment  Monsieur Jourdain a déniché ces maîtres!
Qui l’a conseillé dans son casting?




On les sent… 
Arrivés de loin, ces vautours, avec leurs sourires mielleux, leurs regards qui tuent, leurs savoirs à 2 balles…

 Attirés par l’appât du gain, vaniteux et orgueilleux…
Ce sont : « les Arrivistes et les Profiteurs du 17è siècle »!
 
Incompétents dans leur art, ils vont s’abattre tels des rapaces, et racketter sans complexes cet étudiant naïf en « Gentilhommerie »!





Chacun a sa poudre de « perlimpinpin », ses petits tours de bluff, de passe passe pour tromper et éblouir une « grenouille qui se veut faire aussi grosse que le boeuf »!





Leurs jalousies entre eux ne fait qu’aggraver leurs cas, car à bout d’arguments et de jurons, tels des petits chenapans, ils vont en venir aux mains ! et … on assiste avec joie à une mêlée générale entre les maîtres!

« Le Bourgeois Gentilhomme » au Théâtre Espace Marais
par la Cie Michel B









Et Monsieur Jourdain dans tout ça? Au milieu de ces 
« All Blacks » d’une autre époque, il tentera de calmer le jeu, mais… sans succès!



 
 

C’est savoureux de voir un naïf se faire rouler dans la farine!


C’est du délice de découvrir toute l’artillerie que déploie chaque maître pour « plumer » plus faible que lui!


C’est jubilatoire d’assister aussi à un homme qui se fait prendre au piège de ses propres illusions.
Et…

On sourit de voir ce « Monsieur Jourdain » succomber à ses
 « lubies » de « Gentilhommerie », à l’heure ou d’autres veulent cultiver la sagesse !

On se délecte de voir notre héros perdre tout esprit critique dans sa contemplation narcissique et dans sa haute estime personnelle.
Enfin.. On rit beaucoup de l’erreur que fait Monsieur Jourdain, car… un titre ne s’achète pas, il faut le mériter!

Et pour terminer… Méditons sur ce dicton qui colle à notre bon bourgeois fils de drapier devenu « Mamamouchi ».
« L’habit ne fait pas le moine! »

A bientôt.

Artistiquement.
Marie Burvingt.