« Cyrano de Bergerac », en avant la jeunesse!

A 14ans ou 15 ans .. qu’est ce l’on peut bien ressentir?


Quels sont nos rêves, nos désirs, nos préoccupations qui hantent nos journées et nos nuits d’adolescent?

A 15 ans 1/2 ou à beaucoup plus….
Je suis convaincue, que ses secrets, ou désirs non réalisés, inavoués, enfouis au plus profond de nous,  

sont toujours là intacts et purs











 … chez  tous ceux et celles qui ont su garder, bien entendu, le plus grand de tous les trésors:

Leur âme d’enfant.

Pourquoi Edmond Rostand nous touche t il autant et à touché tellement de générations de lecteurs?
Pourquoi son personnage devenu légende: « Cyrano », nous galvanise, nous émeut, nous trouble?
Pourquoi dans cette pièce autant de choses font écho, et nous touchent aussi profondément?

Peut être parce que « Cyrano de Bergerac » est resté un « grand adolescent »!

Tiens, amusons nous à faire des parallèles sur nos adolescents actuels ou plus tôt sur la jeunesse universelle, celle qui dépasse les frontière et les époques et sur les agissements  de notre héros: « Cyrano ».

A 14 ou 15 ans ,on défend,  des valeurs belles, pures, qui sont essentielles et vitales pour soi.
Rien au monde ne doivent les alterer: ni compromis, ni marchandages.
Et l’on se fait un point d’honneur, à les respecter et à les magnifier.

A 14 ou 15 ans ,au nom d’une injustice, qui nous a été faite,
d’une blessure au coeur, on prend plaisir à ridiculiser devant d’autres , la personne qui nous a causé ce mal.
Dent pour dent, oeil pour oeil, on lui rend la monaie de sa pièce, et… pour que la vengance soit plus savoureuse, et fasse mal a l’intéressé, on lui influge, la peine maximale, la honte suprême: on s’entoure de toute la cours du collège du lycée, encouragé par les applaudissements, les  sifflets quolibets des copains, on jubile au centre de l’arène en écrasant sans pitié son adversaire.

Et l’amitié à 14 ou 15 ans? : elle est vitale, n’est ce pas?

Confier ses secrets, ses doutes, à quelqu’un qui ne nous  jugera pas, mais qui saura nous mettre en garde des dangers qu’ont encourent.
On l’écoutera peut être ou pas, mais ça c’est autre chose!

L’amitié chez les adolescents, peut prendre aussi une autre forme: celle d’un pacte, que l’on doit honorer quoi qu’il arrive, même si cela doit entacher son bonheur.
Il y ce : « je ne romprai ce lien pour rien au monde, j’ai donné ma parole »

A 14 ou 15 ans, on est sacrément orgueilleux, aussi, on veut faire soi même, réussir, tout seul, et aveugler par cette détermination égoïste , on ne veut pas des mains qui se tendent et faciliteraient peut être notre réussite!
le  » je l’ai fait tout seul » est héroïque, et nous place au sommet de nous même!

Qui n’a pas aussi à 14 15 ans, fait des complexes sur son physique?,
Bien souvent on envenime les choses, et ce mal être est plus « dans la tête », que réel..

Il y a même ceux qui ne parviennent pas à le supporter, et ont recours à la chirurgie esthétique!

Qui n’a pas non plus à 14 ou 15 ans, à la suite d’une promesse amoureuse, « démonté les montagnes »?


A 14,15 ans, On aime aussi vivre de belles histoires d’amour en rêve, par procuration. 
La peur de s’engager, le manque de confiance en soi, particulierement dans ce domaine est important, et la voie aux rêves, et aux fantasmes est évidente, et toute tracée.

Qui ne s’est pas amusé aussi à 14,15 ans à monter des canulars et à leurrer quelqu’un?…

J’attends vos commentaires, il doit bien avoir d’autres parallèles à faire… n’est ce pas?
Pour ceux qui sèchent, venez vous rafraîchir la mémoire, nous jouons tous les samedis et dimanches au Théâtre Espace Marais…
Je vous présenterai cet éternel adolescent… et entres « âmes d’enfants », je suis sûr qu’on sera sur le même petite nuage!

A bientôt la jeunesse!
Artistiquement.
Marie Burvingt.