Cyrano de Bergerac La beauté intérieure peut elle venir transcender la laideur physique ?

La beauté intérieur, est celle des gens généreux, non égoïstes, tournée vers les autres.

Cyrano, prouve qu’il est « Le héros beau de l’intérieur » plus d’une fois !

Beauté dans : ses actes, l’esprit, le coeur et l’âme.

CYRANO : « Je veux être admirable en tout et pour tout ! »

Pour mettre à profit toute cette exigence personnelle, il se montre courageux, loyal…
Et quand ce “tout” est fait avec panache … On se demande alors, si ce héros n’est pas une sorte de demi dieu?
Lumineux de l’interieur, on en oublie sa laideur physique, il la transcende… il est beau!

« Cyrano de Bergerac », en avant la jeunesse!

A 14ans ou 15 ans .. qu’est ce l’on peut bien ressentir?


Quels sont nos rêves, nos désirs, nos préoccupations qui hantent nos journées et nos nuits d’adolescent?

A 15 ans 1/2 ou à beaucoup plus….
Je suis convaincue, que ses secrets, ou désirs non réalisés, inavoués, enfouis au plus profond de nous,  

sont toujours là intacts et purs











 … chez  tous ceux et celles qui ont su garder, bien entendu, le plus grand de tous les trésors:

Leur âme d’enfant.

Pourquoi Edmond Rostand nous touche t il autant et à touché tellement de générations de lecteurs?
Pourquoi son personnage devenu légende: « Cyrano », nous galvanise, nous émeut, nous trouble?
Pourquoi dans cette pièce autant de choses font écho, et nous touchent aussi profondément?

Peut être parce que « Cyrano de Bergerac » est resté un « grand adolescent »!

Tiens, amusons nous à faire des parallèles sur nos adolescents actuels ou plus tôt sur la jeunesse universelle, celle qui dépasse les frontière et les époques et sur les agissements  de notre héros: « Cyrano ».

A 14 ou 15 ans ,on défend,  des valeurs belles, pures, qui sont essentielles et vitales pour soi.
Rien au monde ne doivent les alterer: ni compromis, ni marchandages.
Et l’on se fait un point d’honneur, à les respecter et à les magnifier.

A 14 ou 15 ans ,au nom d’une injustice, qui nous a été faite,
d’une blessure au coeur, on prend plaisir à ridiculiser devant d’autres , la personne qui nous a causé ce mal.
Dent pour dent, oeil pour oeil, on lui rend la monaie de sa pièce, et… pour que la vengance soit plus savoureuse, et fasse mal a l’intéressé, on lui influge, la peine maximale, la honte suprême: on s’entoure de toute la cours du collège du lycée, encouragé par les applaudissements, les  sifflets quolibets des copains, on jubile au centre de l’arène en écrasant sans pitié son adversaire.

Et l’amitié à 14 ou 15 ans? : elle est vitale, n’est ce pas?

Confier ses secrets, ses doutes, à quelqu’un qui ne nous  jugera pas, mais qui saura nous mettre en garde des dangers qu’ont encourent.
On l’écoutera peut être ou pas, mais ça c’est autre chose!

L’amitié chez les adolescents, peut prendre aussi une autre forme: celle d’un pacte, que l’on doit honorer quoi qu’il arrive, même si cela doit entacher son bonheur.
Il y ce : « je ne romprai ce lien pour rien au monde, j’ai donné ma parole »

A 14 ou 15 ans, on est sacrément orgueilleux, aussi, on veut faire soi même, réussir, tout seul, et aveugler par cette détermination égoïste , on ne veut pas des mains qui se tendent et faciliteraient peut être notre réussite!
le  » je l’ai fait tout seul » est héroïque, et nous place au sommet de nous même!

Qui n’a pas aussi à 14 15 ans, fait des complexes sur son physique?,
Bien souvent on envenime les choses, et ce mal être est plus « dans la tête », que réel..

Il y a même ceux qui ne parviennent pas à le supporter, et ont recours à la chirurgie esthétique!

Qui n’a pas non plus à 14 ou 15 ans, à la suite d’une promesse amoureuse, « démonté les montagnes »?


A 14,15 ans, On aime aussi vivre de belles histoires d’amour en rêve, par procuration. 
La peur de s’engager, le manque de confiance en soi, particulierement dans ce domaine est important, et la voie aux rêves, et aux fantasmes est évidente, et toute tracée.

Qui ne s’est pas amusé aussi à 14,15 ans à monter des canulars et à leurrer quelqu’un?…

J’attends vos commentaires, il doit bien avoir d’autres parallèles à faire… n’est ce pas?
Pour ceux qui sèchent, venez vous rafraîchir la mémoire, nous jouons tous les samedis et dimanches au Théâtre Espace Marais…
Je vous présenterai cet éternel adolescent… et entres « âmes d’enfants », je suis sûr qu’on sera sur le même petite nuage!

A bientôt la jeunesse!
Artistiquement.
Marie Burvingt.

Cyrano de bergerac : « Ma mère ne m’a pas trouvé beau… « 

«  Ma mère ne m’a pas trouvé beau…  » dit Cyrano dans l’acte 5 à Roxanne.

« Cyrano de Bergerac »  d’Edmond Rostand, par la Cie Michel B au Théâtre Espace Marais.
Mise en Scène Michel Bouttier.

 

Sa force?  il s’est battu pour exister autrement.
Dans son nez s’est concentré toute son énergie : une rage, celle de vivre par dessus tout, d’exister, et de se faire respecter.

« Cyrano de Bergerac »d’Edmond Rostand   par la Cie Michel B au Théâtre Espace Marais.
Mise en Scène Michel Bouttier.

Non pas comme un goujat, mais comme un grand gentlemen avec classe, en plaçant la barre haute:  » je veux être admirable en tout et pour tout. »

 
Cet appendice insolent et provoquant planté au milieu de sa figure, devient  aux grés de ses humeurs et des aléas de sa vie, son compagnon de fortune ou d’infortune…
Mais attention, il se fait un point d’honneur à ne jamais se lamenter sur son sort!

LE BRET (vivement):
Tu pleures?
CYRANO:
Ah! non, cela, jamais! Non, ce serait trop laid,
Si le long de ce nez une larme coulait!
Je ne laisserai pas, tant que j’en serai maître,
La divine beauté des larmes se commettre
Avec tant de laideur grossière!. . 
 
Quelle belle leçon de vie? non?
Retourner un handicap, en énergie constructive!
 
Alors je vous pose une question :
Faut il être affublé d’ handicaps, pour se révéler être dans sa vie un battant ou une battante?


Et encore une autre question :
Faut il effacer à tout prix par la chirurgie esthétique, tous les petites imperfections de son être et avoir la tête d’un produit à la mode, fade et identique à celui de ses voisins?

A l’aube d’une société ou tout  s’uniformise…  moi j’ai envie de crier :

« Existez tel que vous êtes, et soyons des petits Cyrano en puissance. »
 
Beau programme pour 2012 !

Au fait, si vous n’avez pas encore rédigé votre liste de bonnes intentions, en voilà une qui vous électrisera et vous dynamisera?

Une dernière chose :

Pour commencer à appliquer dans votre vie de tous les jours ce magnifique serment de Cyrano :

 » Je veux être admirable en tout et pour tout.« , 

venez vous (re)plonger dans ce grand chef d’oeuvre d’Edmond Rostand au Théâtre Espace Marais… Vous ressentirez sans doute comment mettre en pratique cette philosophie, pour le pire, non?
… POUR LE MEILLEUR!


ET une ultime et dernière chose qui sera la cerise sur le gâteau : 

Nous rirons et pleurerons ensemble!
 
 
A bientôt!

A tous les Cyranos, les Casimodos, les Bossus… 
dans votre chaire ou dans votre tête, 
je vous embrasse bien tendrement.

 

Artistiquement.
Marie Burvingt.