Le Bourgeois gentilhomme et la Satire de la « jeunesse dorée »

Molière ne s’attarde pas seulement à décrire sa vision de la bourgeoisie. C’est avec le personnage de Dorante, qui apparaît dans le 3ème acte, que l’on remarque une belle satire bien juteuse de la « Jeunesse dorée ».

Le bourgeois croît cet aristocrate au langage fleuri ! Mais prend-garde à ton argent, Bourgeois, car oublieux des vertus d’honnêteté, il est sans le moindre scrupules. Et apparemment, il n’est pas le seul. Dès la seconde moitié du 17ème siècle, les nobles, qui sont réduits à l’inactivité par leurs statuts de courtisans, doivent suivre le train de vie luxueux de la cour. Ils s’appauvrissent et ont recours aux pires manigances pour survivre.

Le bourgeois gentilhomme, Dorante - Compagnie Michel B

Et nous avons de réels témoins !
Napolitain Primi Visconti nous le confirme : « Il y a à Paris plus de vingt mille gentilshommes qui n’ont pas un sou et qui subsistent pourtant par le jeu et par les femmes et qui vivent d’industrie (opportunisme). Aujourd’hui, ils vont à pied et le lendemain en carrosse. »

Dans la pièce, Dorante s’est fait pour « ami », monsieur Jourdain ou l’incroyable vache à lait !
Il lui promet des connections dans le grand monde, l’amour même, avec une marquise … Mais ce ne sont rien de plus que des appâts pour soutirer de l’argent à chaque occasion.

Le bourgeois gentilhomme, Dorimène - Compagnie Michel B

« MONSIEUR JOURDAIN : Voilà deux cents louis bien comptés.
DORANTE : Je vous assure, monsieur Jourdain, que je suis tout à vous, et que je brûle de vous rendre service à la cour. »

Elle est belle la noblesse !

Les Maîtres dans le Bourgeois Gentilhomme

« AH ! LA BELLE CHOSE QUE DE SAVOIR DES BELLES CHOSES“ 

 

Monsieur Jourdain n’a qu’une obsession, être une “ personne de qualité ”.  Pour atteindre ses rêves de cour, il veut tout savoir et il sait s’entourer…

 

   

Le maître de musique

  Oubliez l’art pour l’art, ce maitre le pratique seulement pour gagner de l’argent. Monsieur Jourdain,    c’est la mine d’or à portée de main. Pas très doué, très maniéré, ce maître chanteur ne rate jamais
    une occasion de flatter. Contre monnaies. Cela va de soi !

Nous avons trouvé ici un homme comme il nous le faut à tous deux : ce nous est une douce rente que ce Mr   Jourdain”.  S’adressant au maître à danser.

Celui-ci est un poil plus vertueux. Il voudrait que son élève soit capable d’apprécier la danse à sa juste valeur. Ses bonnes intentions ne l’empêchent pas de profiter des largesses du sieur Jourdain.

 

“Je voudrais qu’avec son bien il eût encore quelques bons goûts des choses”

 

 

 

 

 

 


Le maître d’armes

A sa façon de Rrrrrouler les Rrrrrrr, cette “fine” lame met le fleurRrrrrret au-dessus de tous les autres arts. Une sorte de Dali un peu rustique qui, emporté par son tempérament frondeur, provoque une dispute entre les maitres.

“La science des armes l’emporte hautement sur toutes les autres sciences inutiles comme la danse, la musique, la…”

Plus rhéteur que véritable philosophe, il décrète la suprématie de la philosophie. Quand on voit qu’il ne fait qu’apprendre à monsieur Jourdain les mouvements des lèvres intervenant dans la prononciation des voyelles et de quelques-unes des consonnes…

« Non, Monsieur : tout ce qui n’est point prose est vers ; et tout ce qui n’est pas vers est prose. »     

 

Le maître tailleur

Tailleur aux créations plus qu’incertaines, ce maître profite de la naïveté de Monsieur Jourdain en affirmant que ses vêtements sont portés par des gens “de qualité”. En matière de goûts et de couleurs, le maitre tailleur ne donne pas vraiment dans la sobriété. Plumes vertes, rouges, jaunes et pantalons à fleurs, Monsieur Jourdain est rhabillé pour l’hiver de la tête aux pieds !

Monsieur Jourdain : “La perruque et les plumes sont-elles comme il faut ?”

Maître tailleur : “Tout est bien”

 

 

 

 

 

 

 

Une personne de qualité, vraiment ?


Costume bariolé, aussi maladroit dans le fleuret que “gracieux” dans le pas de danse, chantant d’une voix haut perché, en prononçant les voyelles distinctement, évidemment,

Monsieur Jourdain est prêt à conquérir le Grand monde !


Grâce aux précieux conseils de ses maîtres…

Artistiquement,

J.P.

 

 

Le Bourgeois Gentilhomme le personnage de Dorante

DORANTE, A LUI LA RENTE !

J’appartiens à la noblesse, j’aime le faste, le luxe, la fête, les femmes.

Seulement je n’ai pas un sou… Heureusement, je suis tombé sur Monsieur Jourdain.

Ce monsieur Jourdain, quelle trouvaille ! Quelle mine d’or !

       

 

 

 

 

 

«Vous êtes l’homme du monde que j’estime le plus, et je parlais de vous encore ce matin dans la chambre du Roi»

                           (Acte 3, scène 4)

Lire le reste de cet article »

Les Maîtres dans « le Bourgeois Gentilhomme » : des vautours face à « une grenouille qui se veut faire aussi grosse que le boeuf »!

« Le Bourgeois Gentilhomme » au Théâtre Espace Marais
par la Cie Michel B
On se demande bien comment  Monsieur Jourdain a déniché ces maîtres!
Qui l’a conseillé dans son casting?




On les sent… 
Arrivés de loin, ces vautours, avec leurs sourires mielleux, leurs regards qui tuent, leurs savoirs à 2 balles…

 Attirés par l’appât du gain, vaniteux et orgueilleux…
Ce sont : « les Arrivistes et les Profiteurs du 17è siècle »!
 
Incompétents dans leur art, ils vont s’abattre tels des rapaces, et racketter sans complexes cet étudiant naïf en « Gentilhommerie »!





Chacun a sa poudre de « perlimpinpin », ses petits tours de bluff, de passe passe pour tromper et éblouir une « grenouille qui se veut faire aussi grosse que le boeuf »!





Leurs jalousies entre eux ne fait qu’aggraver leurs cas, car à bout d’arguments et de jurons, tels des petits chenapans, ils vont en venir aux mains ! et … on assiste avec joie à une mêlée générale entre les maîtres!

« Le Bourgeois Gentilhomme » au Théâtre Espace Marais
par la Cie Michel B









Et Monsieur Jourdain dans tout ça? Au milieu de ces 
« All Blacks » d’une autre époque, il tentera de calmer le jeu, mais… sans succès!



 
 

C’est savoureux de voir un naïf se faire rouler dans la farine!


C’est du délice de découvrir toute l’artillerie que déploie chaque maître pour « plumer » plus faible que lui!


C’est jubilatoire d’assister aussi à un homme qui se fait prendre au piège de ses propres illusions.
Et…

On sourit de voir ce « Monsieur Jourdain » succomber à ses
 « lubies » de « Gentilhommerie », à l’heure ou d’autres veulent cultiver la sagesse !

On se délecte de voir notre héros perdre tout esprit critique dans sa contemplation narcissique et dans sa haute estime personnelle.
Enfin.. On rit beaucoup de l’erreur que fait Monsieur Jourdain, car… un titre ne s’achète pas, il faut le mériter!

Et pour terminer… Méditons sur ce dicton qui colle à notre bon bourgeois fils de drapier devenu « Mamamouchi ».
« L’habit ne fait pas le moine! »

A bientôt.

Artistiquement.
Marie Burvingt.

 

Bande-annonce : Les molières du Théâtre Espace Marais

Mr Jourdain, Dom Juan, Scapin, s’invitent au Théâtre Espace Marais avec la Cie Michel B.

Mr Jourdain, Dom juan etScapin, s’invitent au Théâtre Espace Marais

Regarder vivre ces personnages, découvrir leurs vertus et leurs vices, leurs valeurs, leur monde…
C’est un peu du « voyeurisme »… mais le théâtre permet tout!

Non?

Une belle langue que celle de ce génie : Molière. 
Avec des histoires pleines de rebondissements, de quiproquos, d’idées philosophiques… de scènes d’anthologies…Tout ceci compose « un cocktail savoureux » que nous réservent nos hôtes de marques et la ribambelle de personnages hauts en couleurs qui gravitent dans leur histoire!

Alors… une chose à faire pour vous mettre l’eau à la bouche:

Cliquez sur notre bande annonce: « Cie Michel B Mr Jourdain, Dom juan et Scapin s’invitent au Théâtre Espace Marais « 

Accrochez vous ça va  swinguer !!!
Mr Jourdain, Dom Juan et Scapin ont été ravis de partager cette vidéo avec vous.
 
et maintenant :
 
Artistiquement.


Michel Bouttier
Marie Burvingt

 » Le Bourgeois Gentilhomme de Molière… en noir et blanc… et sans paroles? »

« Histoire sans parole« , vous vous souvenez du générique? et de cette petite musique si désuète et si charmante?, et bien…
 restez dans cette atmosphère…

 On voudrait vous faire faire un petit voyage dans le monde du cinéma muet.

« The Artist » avec jean Dujardin et Bérénice Béjo.



C’est aussi un petit clin d’oeil à l’actualité, avec la belle récompense au Festival de Cannes de Jean Dujardin dans « The artist » .







Moteur… Ca tourne…

« Le Bourgeois Gentilhomme » (Molière – Cie Michel B - Théâtre Espace Marais)
PS: Ne vous méprenez pas surtout, notre version du « Bourgeois Gentihomme » par la Cie Michel B, n’est ni en noir et blanc, et ni « sans paroles »!.

A bientôt.  

Artistiquement.
Marie Burvingt.

« Les Turqueries » chez Molière dans « Le Bourgeois Gentilhomme ».

                                                  Hu la ba…

ba la chou…

                                                    ba la ba…

ba la da.

 

Le Bourgeois Gentilhomme. Cie Michel B au Théâtre Espace Marais : « le ballet des Turqueries ».
 
« Voler far un Paladina
De Giourdina, de Giourdina. »
 

Un peu d’histoire…

 
L’Empire Ottoman fascine l’Europe au XVII et début du XVIIIè siècles.
L’exotisme fait rêver…
C’est l’époque des Turqueries.

Tout y est sujet d’admiration…

La Turquie, c’est… le raffinement du Grand Turc, le faste des costumes, le  mystère du harem ou  l’opulence des produits  avec le commerce et les échanges. 
.
Mais « Le Turc » dans l’imaginaire européen évoque  à la fois le charme oriental, et aussi la cruauté barbare.

« Ah le pendard de Turc », « Traitre de Turc », peste Géronte dans les « Fourberies de Scapin. »

Louis XIV demande donc à Molière d’écrire une comédie pour les fêtes organisées à Chambord à l’occasion des chasses d’automne et il précise qu’il souhaite que les Turcs apparaissent dans la pièce.

 
Certains disent que Louis XIV avait été vexé du manque d’admiration, voire du dédain qu’avait témoignés l’ambassadeur du Sultan Mahomet IV, lorsque le roi était apparu à sa rencontre, sur un trône d’argent, couvert de diamants. 
Ressenti donc comme une humiliation, Louis XIV, n’apprécia guère ce dédain, et, il lui pris l’envie de rire aux dépens du faste de l’empire Ottoman et… il commanda à Molière: « un ballet turc ridicule ».
… et la comédie ballet devient: 
 
« Le Bourgeois Gentilhomme »

Le Bourgeois Gentilhomme. Cie Michel B au Théâtre Espace Marais : « le ballet des Turqueries ».

 

L’écriture de la Cérémonie Turque de Molière est extrêmement bien ordonnée.
On assiste à l’enchainement de : 
la Marche pour la cérémonie…
les récits du moufti…
les invocations…
le turban…
et pour finir
la bastonnade.
Mais ce ballet laisse place aussi, à une fantaisie unique et extraordinaire…
 
Je ne vous cache pas que dans la mise en scène de Michel Bouttier, nous les acteurs, nous sommes engagés dans cette brèche, avec une grande… une très grande délectation!.
A vous, Mamamouchis, Mouftis, Princesses arabes…
et à vous aussi petites souris blogueuses arabisantes…
je vous salue ….

  

A bientôt.
Artistiquement.
Marie Burvingt.

 

Ps: Si vous voulez connaître « notre Salut Oriental » éxécuté par Cléonte Turc dans la mise en scène de Michel Bouttiervenez le découvrir… 
Il paraît que dans certaines cours de récréation, des enfants qui ont vu le spectacle au Théâtre Espace Marais, s’amusent à le reprendre!