Le mariage de Figaro, « God-Dam »

Le mariage de Figaro, God-Dam - Compagnie Michel BFigaro sait l’Anglais !

Nous qui ne sommes pas des bilingues, analysons sa leçon…

Selon ses dires : « God-Dam » est l’unique expression à connaître dans cette langue, pour obtenir tous ses désirs. Il déclare même : « Il en faut peu pour aller loin ». Sérieusement, qui n’a jamais rêvé de pouvoir parler cette langue universelle en un claquement de doigts ?

Son argumentation nous donne envie de le croire (pied de boeuf salé sans pain…). Mais la teneur de son discours n’est pas le réel message. Dans le contexte : Il clame à monsieur Almaviva qu’il saurait se débrouiller pour tout s’il doit se rendre en Angleterre. Il essaie de le convaincre qu’il a envie d’y aller pour les affaires de son maître. De son côté le comte fait semblant de ne pas vouloir l’emmener.

Le mariage de Figaro, God-Dam - Compagnie Michel BObjectif :

Sournoisement, se mettre au courant des informations que l’autre détient. En effet, si l’un n’a pas le moins du monde envie de partir à Londres, l’autre choisit ce moment précis pour parler de l’éventualité d’y aller. C’est-à-dire, le moment où il se marie.

Ce jeu grotesque exprime une forte rivalité entre les deux hommes. Suzanne, sera le prix de l’heureux gagnant !

Mais bien sûr Figaro sait par Suzanne que le Comte la veut en secret. Alors si Figaro répond qu’il n’est pas embêté à l’idée d’être loin de sa femme, c’est que forcément il n’est pas au courant des manigances du comte…. Forcément !

Le mariage de Figaro, God-Dam - Compagnie michel BCe que l’on aime :

Le public s’identifie à Figaro dans cette situation. C’est un plaisir ultra-jouissif de voir qu’il a une longueur d’avance sur Almaviva. Figaro dit Non. Stop à l’abus de pouvoir ! Qui plus est, c’est une revendication traitée de manière comique, avec de nombreuses tirades espiègles et des apartés. C’est que’le petiot est un renard rusé ; pas franchement, perturbé par la possibilité de perdre sa femme, il s’amuse à déjouer les plans de son égoïste de maître…

Citation :

FIGARO : Avec God-dam, en Angleterre, on ne manque de rien nulle part. Voulez-vous tâter d’un bon poulet gras ? Entrez dans une taverne, et faites seulement ce geste au garçon (il tourne la broche.) God-dam ! On vous apporte un pied de boeuf salé, sans pain. C’est admirable ! Aimez-vous à boire un coup d’excellent bourgogne ou de clairet ? Rien que celui-ci (il débouche une bouteille.) God-dam ! On vous sert un pot de bière, en bel étain, la mousse aux bords. Quelle satisfaction ! Rencontrez-vous une de ces jolies personnes qui vont trottant menu, les yeux baissés, coudes en arrière, et tortillant un peu des hanches ? Mettez mignardement tous les doigts unis sur la bouche. Ah ! God-dam ! Elle vous sangle un soufflet de crocheteur : preuve qu’elle entend. Les Anglais, à la vérité, ajoutent par-ci, par-là, quelques autres mots en conversant ; mais il est bien aisé de voir que God-dam est le fond de la langue ; et si Monseigneur n’a pas d’autre motif de me laisser en Espagne … 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>