QUI ES-TU CYRANO ?

13H45… Tous au théâtre…

Par un beau dimanche pluvieux, je sors du métro et marche d’un pas assuré vers la rue Beautreillis, au 22, là bas m’attend un ami.
Aujourd’hui on se fait un classique !
Ah oui mais lequel ?
J’ai beaucoup hésité car l’offre ne manque pas: Molière, Marivaux, Beaumarchais…
Le choix est fait : ce sera Edmond Rostand et son inoubliable Cyrano !

13H55… Souvenir…

Arrivée devant le théâtre, juste le temps de nous remémorer la longue tirade du nez et nous reprenons en choeur «  c’est un roc !…c’est un pic !…c’est un cap ! Que dis-je c’est un cap ?…c’est une pénniiinsullleee ! »
Bon on arrête là, hein et on laisse les pros s’en occuper !

14H00… Les Trois coups…

On entre dans la salle, on est tout de suite plongé dans une atmosphère intime, les sièges sont à proximité de la scène.

Au Théâtre Espace Marais, il se crée une véritable complicité entre les acteurs et le public.
(on en reparlera dans un prochain billet).

Après le premier acte, je suis frappée par le jeu des acteurs… imperturbables et concentrés.

Je croise le regard de Cyrano, il pointe son doigt vers moi : glups… Sensation étrange de faire partie de la scène…Il déclame, et, commence la douce mélodie des alexandrins…

Je redécouvre Cyrano de Bergerac, personnage truculent, vif et taquin, son indéfectible amour pour Roxane, sa fragilité et ses doutes. 
J’ai une tendresse pour ce personnage. 
Pourquoi ?  Son ambiguïté peut-être : fragile et fort, subtil et gargantuesque, solitaire et entouré… 

Mais il y a autre chose… En opposition aux personnages d’Harpagon, de Dom Juan, de Scapin, Cyrano fait figure d’enfant de chœur, il n’y a pas d’avarice, de fourberie, de duperie.
Cyrano a le cœur pur et son amour pour Roxane le restera.
Cinq actes ont défilé et le le temps s’est arrété…

16H30… Songes…

Tiens je divague et  je me demande… 
Et si…

Si Cyrano avait existé au 21 ème siècle, aurait-il été un génie de la prose et de la joute verbale ?
Ce même Cyrano, torturé par son apparence aurait-il, complexé par son appendice, résisté à l’appel des sirènes de la chirurgie esthétique ?
Cyrano aurait il le même « panache » avec un nez en trompette ? 
Aurait-il publié ces vers sur les réseaux sociaux ?

Je sors du théâtre le cœur léger, et le coeur battant la chamade… Ouf ! Cyrano n’as pas changé !


J’y ai aussi croisé une Roxane esthète, passionnée et courageuse, un Christian rêveur et audacieux, un Ragueneau ébouriffant et des nonnes…pour le moins fantasques !
Je pourrais vous les raconter encore et encore …
Je  ne vous en dis pas plus, la surprise n’en sera que plus belle !
Vous aussi, racontez nous votre Cyrano!
Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand – Cie Michel B
Théâtre Espace Marais
Au plaisir de vous lire et à bientôt!
Artistiquement.
Nadia P.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>